Tout comme le Myanmar (Birmanie), le Japon possède une très riche culture et c’est ce qui fait de lui une destination de choix de plus en plus en vogue pour partir en vacances. En 2019 c’était en effet près de 33 millions de visiteurs qui s’y sont rendus afin de découvrir de leurs propres yeux sa culture, son histoire et ses sites touristiques. Un peu plus au nord-est donc de la pagode Shwedagon et du lac Inle nous vous proposons de découvrir quelques uns des plus beaux sites culturels qui font de lui un pays si attractif d’un point de vue touristique.

Le Kinkaku-ji

Également appelé le pavillon d’or, le Kinkaku-ji est situé au sein des montagnes de Kyoto dans une forêt de pins de près de dix hectares. Le site a d’abord servi dans un premier temps de résidence à une puissante famille d’aristocrate de 1171 à 1244 qui n’est autre que le clan Saionji avant d’être laissé à l’abandon à la suite de la chute de ce clan. Il sera ensuite réaménagé pour y accueillir des reliques bouddhistes en 1394 avant d’être finalement transformé en temple zen de l’école Rinzai, une des trois écoles du bouddhisme zen au Japon. Il sera malheureusement incendié à plusieurs reprises, d’abord durant le Japon féodal lors de la guerre d’Onin (1467-1477), puis en 1950 par un moine déficient mentalement.

 

Considéré aujourd’hui comme un trésor national et inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, vous pourrez visiter ce temple recouvert de feuilles d’or pour quelques euros seulement. Il s’agit néanmoins d’un site très populaire au Japon pour son architecture ainsi que son lac et son jardin qui font ressortir une atmosphère calme et reposante à l’effigie de la culture zen japonaise. Par conséquent, il est recommandé de vous y rendre tôt le matin afin de pouvoir profiter du levé du Soleil et du site sans qu’il ne soit prisé par trop de monde.

Le château d’Osaka

Si le Japon est un pays qui vous attire pour sa culture médiévale qui gravite autour des samouraïs, le château d’Osaka est sans aucun doute le château avec le plus de vécu que vous vous devez d’aller visiter. Inspiré par le château d’Azuchi, le château d’Osaka a donc été construit en 1585 avant d’être endommagé onze ans plus tard en 1596 par un séisme. Suite en quoi il sera rénové avant de se faire assiéger en 1614 par les 200 000 hommes du clan Tokugawa. Il résistera tant bien que mal à ce siège mais ne tiendra pas le second mené par le même clan l’année d’après. Après sa reconstruction en 1620 il subira malheureusement un incendie et sera alors laissé à l’abandon pendant près de deux cents ans. Après sa reconstruction en 1843 il sera une énième fois endommagé lors de la restauration de Meiji en 1868. Finalement reconstruit en 1928 puis détruit une dernière fois par des raids aériens américains, le château d’Osaka a finalement été reconstruit en 1997.

 

Désormais en très bon état, il vous sera possible d’aller visiter le château d’Osaka pour seulement cinq euros par personne et ainsi y découvrir le musée qui a désormais été aménagé en son sein et qui regroupe tout un tas d’armure médiévale. De plus, vous bénéficierez d’une vue splendide du haut de son septième étage. Si le temps est clément il vous sera finalement possible de profiter des jardins qui l’entoure et qui eux seront accessibles gratuitement.

Le jardin impérial de Shinjuku

Le jardin impérial de Shinjuku, également appelé Shinjuku Gyoen Park, est un des plus grands jardins japonais avec ses 58 hectares et reste très certainement encore aujourd’hui le plus réputé. Il est notamment reconnu pour croiser avec élégance trois styles de jardins différents que sont les jardins anglais, français et japonais. Il n’est ouvert au public que depuis la moitié du siècle dernier et est une place de choix si vous souhaitez découvrir de vos propres yeux le calme des jardins traditionnels japonais et la beauté de ses cerisiers traditionnels sakuras.

 

Le jardin impérial de Shinjuku englobe en effet pas moins de 20 000 arbres pour 1500 cerisiers qui seront bien sûr à observer sous leur plus belle forme durant leur période d’éclosion au hanami. À Tokyo cette dernière se situe en générale entre le 20 mars et le 20 avril. Si comme beaucoup les jardins japonais traditionnels sont quelque chose qui vous attire n’hésitez pas à cliquer ici pour en découvrir davantage encore que vous pourrez aller visiter durant votre séjour à Tokyo.

Le sanctuaire Fushimi Inari-taisha

Parmis les plus de 80 000 sanctuaires shinto que compte l’archipel du Soleil levant le sanctuaire Fushimi Inari-taisha fait sans aucun doute partie des plus populaires. Réputé pour ses innombrables portes torii elles n’ont en réalité pas toujours été présentent sur le site. Le sanctuaire Fushimi Inari-taisha a dans un premier temps été bâti en 711 à Mitsugamine par le clan Hata avant d’être déplacé 817 sur la montagne Inari à Kyoto là où il se trouve actuellement. D’un point de vue symbolique ce sanctuaire shinto est un culte à la divinité kami Inari qui n’est autre que la déesse des céréales, de la fonderie et du commerce. Ses plus de dix milles portes torii ont donc été installées bien après durant la période d’Edo (1603-1868) et les écritures noires qu’on aperçoit sur les poutres des portes ne sont autres que le noms des personnes qui ont participées à leur financement.

 

Il vous sera donc possible de découvrir ce lieu empli de religion et de tradition à travers une balade d’environ deux heures à deux heures et demi en fonction de votre cadence et du nombre de visiteurs. Mais par dessus ses torii c’est également le cadre de ce site qui séduit autant de visiteurs chaque années. Plongé au milieu d’une forêt vous y trouverez également des restaurants à certains endroits pour pouvoir faire une pause et profiter de l’atmosphère reposante qui émane de ce lieu.

Le Mont Fuji

Que serait le Japon sans son célèbre volcan traditionnel ? Plus qu’un simple site touristique le mont Fuji est un vrai lieu sacré au Japon autant pour le pays, sa culture et son histoire que pour ses habitants. Il a effet traversé les époques du haut de ses quelques 3776 mètres d’altitude et a inspiré poètes et artistes un nombre incalculable de fois. On retrouve par exemple la série des 36 vues du mont Fuji de Hokusai qui intègre la célèbre toile La Grande vague de Kanagawa que vous avez certainement dû apercevoir au moins une fois.

 

Si comme beaucoup vous avez donc choisis Tokyo comme destination il serait dommage de ne pas prendre le temps de faire le détour durant votre séjour afin de vous lancer dans l’ascension du mont Fuji. D’autant plus que malgré la première intuition qu’on pourrait en avoir son ascension ne relève d’aucun effort physique particulier. Vous pourrez par conséquent faire cela en famille. Il vous faudra simplement prévoir la journée car son ascension dure entre trois à cinq heures et il faudra compter entre deux à cinq heures pour redescendre. Néanmoins, de nombreux hôtels se trouvent à proximité et ainsi que des sources thermales, de plus vous pourrez profiter de cette journée pour aller découvrir les lacs qui entoure le mont Fuji.

Article similaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *